Bienvenue!

Bonjour et bienvenue sur ce blog qui est un outil pour vous "aider à apprendre" le français. Vous trouverez ici contenus du cours, entraînements pour les examens et bien d'autres choses. A bientôt et bonne route sur ce blog !

Hola y bienvenido/as a este blog que es una herramienta para "ayudaros a aprender" en francés. Aquí encontraréis contenidos de clase, entrenamientos para los exámenes y muchas cosas más. ¡Hasta luego y buen viaje en este blog!

jeudi 16 février 2017

Infidèles?

Procès Gleeden: Les Associations familiales catholiques déboutées par la justice


Par Helene Sergent Publié le 09.02.2017

INFO «20 MINUTES» Le délibéré au procès intenté par des catholiques conservateurs contre le site de rencontres extraconjugales Gleeden, accusé par les Associations familiales catholiques de promouvoir l'infidélité, a été rendu ce jeudi...

« C’est une victoire par K.O », s’est réjoui ce jeudi 9 février, l’avocate de BlackDivine, société éditrice du site de rencontres extraconjugales Gleeden. Le tribunal de grande instance de Paris a finalement donné gain de cause à cette société, poursuivie par la Confédération nationale d’associations familiales (CNAFC) pour « violation du Code civil » (en référence à l’article 212 qui stipule que “Les époux se doivent mutuellement respect, fidélité, secours, assistance. “) et accusée de « promouvoir » l’infidélité.

« C’est une victoire du droit, de la liberté d’expression et de la laïcité sur la bigoterie (…) les associations cherchaient à faire prévaloir leur conception de la famille dans l’espace public », a ajouté Me Mecary. Les associations familiales catholiques avaient également demandé l’annulation des contrats entre le site et ses clients et qu’elle ne fasse plus « valoir l’argument de la relation extraconjugale » dans ses publicités. Toutes ces demandes ont été rejetées par la justice et les associations ont été condamnées à verser 2.000 euros à la société BlackDivine pour les frais de justice.

Dans le délibéré rendu ce jeudi, la 5e chambre civile du tribunal précise que « la référence à l’infidélité (…) dans ses supports publicitaires, sur son site et son blog ne peut être qualifiée d’agissement illicite dès lors que le manquement au devoir de fidélité qui ressort de l’ordre public de protection n’est pas nécessairement constitutif d’une faute » ajoutant que « la campagne publicitaire de la défenderesse critiquée, a été validée par le Jury de Déontologie Publicitaire dans sa décision du 6 décembre 2013 ».


Le conseil des plaignants, Me Erwan Le Morhedec, a fait savoir à l’AFP qu’il y a « matière à faire appel » de ce jugement « très critiquable ».


Voici quelques images de la campagne publicitaire en question:



Et vous, quelle est votre opinion? Faut-il interdire qu'un site puisse inciter à l'infidélité ou respecter la liberté d'expression?


----------------------------------------

Compréhension orale


Complétez le texte avec les mots ou expressions que vous entendez.
  • Qui en parle? Qui _________________? Les hommes, les femmes?
  • Au cinéma, à la télévision, dans la presse, elle _________________ partout.
  • Elisabeth s'autorise régulièrement une petite _________________ avec un autre homme.
  • Votre conjoint ne vous regarde plus avec _________________ au bout de 10 ou 15 ans.
  • Sur Internet la tentation est désormais partout: chat, _________________ virtuelle, l'adultère en un clic.
  • L'infidélité ne serait-elle pas plus _________________ que banalisée?
  • On ne _________________ pas plus aujourd'hui qu'hier: 13% en 1994 contre 14% en 2009.
  • On _________________ des personnages très aguerris, très libérés, très ouverts.
  • On le vit comme une grande _________________, une grande blessure narcissique.
  • La liberation sexuelle n'a pas fait taire les _________________.

jeudi 9 février 2017

Adieu les feux?

Circulation: Et si les feux tricolores disparaissaient à Paris?

Par Romain Lescurieux, le 27 janvier 2017. www.20minutes.fr

CIRCULATION. Le groupe écologiste déposera au conseil de Paris qui se déroule ce lundi, un vœu pour tester l’abandon des feux tricolores de signalisation dans un quartier de la capitale. Dans un premier temps…

Une ville sans feu rouge, feu vert, ni même orange, peut-elle fonctionner ? Certains élus parisiens veulent du moins essayer. Le groupe écologiste de Paris (GEP) déposera en effet au conseil de Paris – qui débute ce lundi – un vœu pour une expérimentation d’abandon des feux tricolores de signalisation dans la capitale. Et ce, dans le cadre du plan piéton lancé par l’exécutif parisien. Selon les Verts, l’extinction des feux en zone urbaine aurait de nombreux effets bénéfiques.

« 14 % des accidents en France surviennent en carrefour à feux : 10.000 accidents par an, 1.500 blessés hospitalisés et environ 150 tués », explique David Belliard, co-président du groupe. S’appuyant sur des études récemment conduites par le MIT (Massachusetts Institute of Technology), l’élu écologiste assure que les conducteurs sont moins « attentifs et prudents lorsque des panneaux et des feux tricolores balisent leur trajet ». Alors qu’avec la règle de la priorité à droite ou de panneaux « stop » ou « cédez le passage » en lieu et place des feux, les accidents diminueraient. Mais pas seulement.

A l’image de Londres, qui travaille depuis plusieurs années à la réduction des feux de signalisation, cette mesure permettrait aussi de réguler le trafic, de lutter contre la pollution, d’économiser du temps et de l’énergie. « Les 1.805 carrefours parisiens équipés en feux tricolores sont énergivores et nécessitent de plus une maintenance performante et durable qui n’est pas toujours compatible avec les budgets de la collectivité », note EELV dans son vœu.

En partenariat avec le CEREMA (Centre d’études et d’Expertise sur les Risques, l’Environnement, la Mobilité, l’Aménagement) le groupe écolo veut donc lancer cette expérience dans un « quartier pilote », qui n’est pas encore défini à ce jour. Une évaluation « avant/pendant/après » sera également menée pour juger de la pertinence et en fonction, dupliquer cette expérimentation au niveau de la capitale. Si la discussion est encore « ouverte », elle serait en bonne voie avec l’exécutif. « L’expérimentation passera. La majorité va voter en faveur de ce vœu », assure-t-on au sein du groupe écolo. 

De son côté, l’association 40 millions d’automobilistes dit « tomber des nues ». « Ce type de mesure est possible sur des routes secondaires ou dans des petites villes », affirme Pierre Chasseray, délégué général de 40 millions d’automobilistes. « Mais à Paris c’est inenvisageable, nous allons nous retrouver face à des situations apocalyptiques, anarchiques », s’insurge celui qui dénonce régulièrement les restrictions de circulation dans la capitale.

mardi 7 février 2017

Comment vérifier qu’une image trouvée sur Internet est authentique?

Voici la réponse à une question fort intéressante...


Comment vérifier qu’une image trouvée sur... por lemondefr

Voici un lien vers le Décodex, l'outil pour décoder les fausses information proposé par le journal Le Monde. 

mardi 31 janvier 2017

Les arbres en ville

Les arbres rafraîchissent l’air des villes tout en réduisant leur pollution

LE MONDE | 03.11.2016 Par Laetitia Van Eeckhout

Selon une étude de l’ONG Nature Conservancy, en investissant à peine 3,6 euros par habitant dans la plantation d’arbres, les villes pourraient sauver entre 11 000 et 37 000 vies par an.

Développement du réseau de transports en commun, des services d’autopartage, aménagement de pistes cyclables, de zones piétonnes, restriction de la circulation dans le centre-ville, couverture de voies rapides… Les villes se montrent de plus en plus soucieuses d’améliorer la qualité de l’air sur leur territoire. Dans le même temps, sous l’effet du changement climatique, elles sont appelées à connaître des épisodes caniculaires de plus en plus fréquents et de plus en plus intenses.

Parmi les solutions, il en est une, encore trop souvent sous-estimée, qui présente l’avantage de relever ce double défi d’assainir et de rafraîchir l’air localement : la plantation d’arbres. C’est ce que rappelle l’ONG environnementale américaine Nature Conservancy dans un rapport présenté lors de l’Assemblée annuelle de l’American Public Health Association qui se tenait les 1er et 2 novembre à Denver (Colorado).

« Les arbres ne peuvent pas, et ne doivent pas, se substituer à d’autres stratégies d’assainissement atmosphérique, mais ils sont un puissant moyen de purifier et refroidir l’air, qui peut y être associé », souligne l’ONG qui a analysé le cas de 245 des plus grandes métropoles du monde. Et celle-ci de calculer qu’en investissant à peine 4 dollars (3,6 euros) par habitant dans la plantation d’arbres, ces villes pourraient sauver entre 11 000 et 37 000 vies par an et améliorer la santé de dizaines de milliers de personnes, en réduisant la pollution de l’air et en apportant de la fraîcheur dans les rues. Pour établir ces projections, Nature Conservancy s’est appuyée sur les études médicales et scientifiques portant d’une part sur la capacité des arbres à assainir et rafraîchir l’air localement, et d’autre part sur l’impact sur la santé d’une baisse des températures et des concentrations en particules dans l’air.

Filtrer les particules

De nombreuses études scientifiques montrent que les arbres filtrent les particules contenues dans l’atmosphère, ainsi que bien d’autres polluants de l’air. Mais aussi que l’ombre projetée par les arbres et la transpiration végétale produite lors de la photosynthèse contribuent à faire baisser la température de l’air. Or, dans toutes les villes, le taux de couvert végétal a baissé au cours des vingt ou trente dernières années.

Aujourd’hui dans le monde, selon l’Organisation mondiale pour la santé (OMS), la pollution de l’air extérieur tuerait 3,7 millions de personnes par an. Dans une étude publiée dans la revue Nature en septembre 2015 et portant sur les sources de cette pollution meutrière, une équipe internationale de chercheurs d’Havard et de l’Institut allemand de chimie Max-Planck, a même démontré que les seules particules fines émises par les épandages agricoles, le chauffage, les transports étaient à elles seules responsables de 3,2 millions de morts, essentiellement entraînés par des maladies cérébrovasculaires (type AVC) ou cardiaques (infarctus). Ce nombre pourrait quasiment doubler d’ici à 2050 et atteindre 6,2 millions.

Quant aux canicules, selon l’OMS, elles pourraient provoquer d’ici le milieu du siècle la mort chaque année de 256 000 personnes. Or, observe l’ONG, les arbres peuvent réduire de 20 % à 50 % les concentrations en particules fines et offrir une diminution de température d'entre 1 et 2 °C.
Un impact sensible localement

« L’impact est plus ou moins fort selon l’importance du trafic, la densité, la configuration géographique du quartier », souligne Pascal Mittermaier en charge, pour Nature Conservancy, de la place de la nature au sein des villes. Mais celui-ci d’insister : « La plantation d’arbres est une solution qui doit être réfléchie. Planter n’importe où ne sert pas forcément. » D’autant que « les arbres fournissent des réductions sensibles, mais concentrées localement, des particules et de la température, l’essentiel de cette atténuation intervenant généralement dans un rayon de 300 mètres autour des plantations », précise l’étude.

« Il est pertinent de mettre des arbres le long des grands axes de circulation pour protéger les habitations mitoyennes des afflux de polluants, mais aussi dans les zones piétonnes, à proximité des écoles, des maisons de retraite, des hôpitaux, relève Pascal Mittermaier. En France, lors de la canicule de 2003, il y a eu moins de décès là où il y avait plus de couvert végétal. »

Bienfaits multiples

Le choix des arbres a aussi son importance. Les types d’arbres plantés il y a 50 ou 100 ans (comme les platanes, ou les marronniers) ne répondent souvent pas aux besoins d’aujourd’hui car ils forment en se déployant un couvercle retenant au sol la pollution. En revanche, les arbres aux feuilles poilues, tels les bouleaux, sont efficaces pour la suppression des particules.

En plus d’assainir l’atmosphère, rappelle l’ONG, les arbres favorisent aussi la biodiversité, jouent un rôle important dans la gestion des eaux de pluies, préviennent l’érosion, réduisent le bruit. « La nature en ville, insiste Pascal Mittermaier, c’est aussi du bien-être, un plaisir esthétique, pour les résidents. » Autant d’atouts essentiels pour les villes qui d’ici le milieu du siècle abriteront les trois quarts de la population mondiale.


mercredi 25 janvier 2017

Dormir dans une cabane

Dormir dans une Cabane...un week-end insolite et romantique aux Cabanes des Grands Lacs



Voici les questions de compréhension orale en lien avec la vidéo:
  • Quels sont les deux types de cabanes que l'on peut trouver aux “Cabanes des Grands Lacs”?
  • Au départ, combien de cabanes y avait-il?
  • Quelle est la superficie totale du lieu? Quelle superficie représentent les lacs?
  • Comment font les visiteurs pour accéder aux cabanes qui sont sur le lac?
  • Quelles activités sportives sont proposées aux visiteurs (citez-en trois)?
  • Qu'est-ce qui caractérise les formules “au septième ciel” et “au fil de l'eau”?
  • Quel projet veulent réaliser les responsables de cet endroit?
  • En résumé, les Cabanes des Grands Lacs c'est...” (citez deux exemples)

Les parties du corps

Voici un site amusant où vous pouvez trouver des jeux en relation avec les parties du corps. Les jeux nº1, 3 et 6 sont particulièrement recommandés. Pour changer de jeu, cliquez sur "next" dans la partie supérieure de l'écran. Amusez-vous bien!