Bienvenue!

Bonjour et bienvenue sur ce blog qui est un outil pour vous "aider à apprendre" le français. Vous trouverez ici contenus du cours, entraînements pour les examens et bien d'autres choses. A bientôt et bonne route sur ce blog !

Hola y bienvenido/as a este blog que es una herramienta para "ayudaros a aprender" en francés. Aquí encontraréis contenidos de clase, entrenamientos para los exámenes y muchas cosas más. ¡Hasta luego y buen viaje en este blog!

dimanche 31 mai 2015

On va partir en voyage

Voici une chanson interprétée par Calogero et Elisa Tovati à l'occasion du gala "Sol en si" (Solidarité enfants SIDA). Prêts pour le départ?



Ecoutez la chanson et complétez les paroles

On va partir en voyage
Prévoyez dans vos _______________
Des plumes et des poils de rechanges
Quelques _______________et des oranges.

On va partir en voyage
_______________demain sur la plage
A 7h sifflera la mésange
Ce soir _______________comme des anges.

Refrain : S'il faut traverser_______________
Même si c'est grand
Pour sauver notre ami l'éléphant
Encore plus grand
_______________
Nous on l'aime
Et s'il fallait aller plus loin
Pour qu'il se sente encore plus bien !
On irait, _______________
C'est dans notre nature.

On va partir en voyage
_______________une petite laine serait sage
Car dans le pays ou l'on va
Les hommes ont souvent le _______________froid.


Je vous _______________un bon voyage
Et vous adresse un dernier message
Que ceux qui souffrent du mal de mer
_______________à l'avant du mammifère.

jeudi 28 mai 2015

Gaspillage alimentaire

Gaspillage alimentaire : « Il faudra des moyens pour gérer les nouveaux dons »
Le Monde.fr | 22.05.2015 par Jérémie Lamothe

Dans le cadre de l’examen de loi sur la transition énergétique, l’Assemblée nationale a adopté à l’unanimité, jeudi 21 mai, trois amendements qui interdisent à la grande distribution de jeter leurs invendus.  Les distributeurs alimentaires devront s'efforcer de prévenir tout gaspillage, ou à défaut d'utiliser leurs invendus au travers de dons, pour l'alimentation animale ou encore à des fins de compost pour l'agriculture, valorisation énergétique... Les moyennes et grandes surfaces de plus de 400 m² auront l'obligation de conclure une convention avec une association caritative afin de faciliter les dons alimentaires.

Une obligation légale qui vient consolider un système qui existe déjà, rappelle Jacques Bailet, président de la Fédération française des banques alimentaires : « Cet amendement renforce la solidarité qui était déjà présente entre distributeurs et associations. Nous travaillons avec près de 2 000 grandes surfaces, c’est notre principal contributeur. » Ainsi sur les 100 000 tonnes de denrées alimentaires que distribuent chaque année les Banques alimentaires, 35 % viennent des grandes surfaces. « Et il y a eu une progression de 10 % entre 2013 et 2014 », précise Jacques Bailet.

Le vote des députés est également une très bonne nouvelle pour l’association Le Chaînon manquant, qui fait le lien entre la grande distribution et les associations alimentaires. Pour son délégué général, Julien Meimon, « ce vote contribue à mettre l’accent sur la lutte contre le gaspillage alimentaire. Ça va permettre d’amplifier et de dynamiser un système qui existe déjà ».

Mais si l’unanimité a été trouvée dans l’Hémicycle et chez les associations alimentaires, la grande distribution ne s’associe pas à ce consensus général. Pour Jacques Creyssel, délégué général de la Fédération du commerce et de la distribution (FCD), ces amendements « viennent rajouter de nouvelles contraintes et de la paperasse supplémentaire ». « Nous comptons 4 500 magasins qui ont déjà des partenariats avec les associations alimentaires, poursuit M. Creyssel. Ces amendements viennent compliquer un système qui marche. »

Du côté de la Croix-Rouge, on reconnaît que « le système de conventions entre les associations et la grande distribution existe déjà ». Mais pour Patrice Dalem, directeur de l’action sociale chez l’association humanitaire, le vote des députés permet « une prise de conscience de la part de ceux qui n’étaient pas dans cette démarche. C’est une dynamique vertueuse qui est mise en place. »

Mais le délégué général de la FCD n’en démord pas. Ce dernier se soucie particulièrement des plus petites surfaces : « On sait bien que dans les grandes surfaces ça se passe bien, mais pour les plus petites, celles qui font entre 400 et 1 000 m², ça sera plus compliqué de respecter ces obligations. Elles se situent souvent en centre-ville, elles ont peu de produits qui peuvent être donnés et elles n’ont pas forcément d’entrepôt de stockage. »

Ces nouvelles obligations vont également demander une logistique accrue aux associations alimentaires. Ces dernières vont devoir s’adapter pour faire face à l’explosion des dons. C’est le cas des Banques alimentaires, prévient Jacques Bailet : « Il va falloir assurer des moyens humains et matériels pour gérer ces nouveaux dons. Il faut que les associations bénéficient de moyens complémentaires de la part des collectivités locales, des mécènes et des enseignes de la grande distribution. »

Les associations mettent notamment en avant la déduction fiscale de 60 % dont bénéficient les grandes surfaces après chaque don. Pour M. Bailet, « il paraît normal qu’une partie de cette déduction fiscale soit recyclée vers les associations, pour nous permettre de nous équiper en biens logistiques ». Si le président des Banques alimentaires souligne le bon comportement de Carrefour, « qui nous a déjà livré près de 200 camions frigorifiques », il met en garde les autres groupes qui ne voudront pas apporter une aide financière aux associations : « Nous mettrons les autres enseignes en face de leurs responsabilités. »


Mais pour le délégué général de la FCD : « On aide déjà beaucoup les associations. Des fondations ont été créées par les grands groupes pour financer des camionnettes, des entrepôts… On ne peut pas à la fois donner et financer le système. » Pour lui, c’est désormais à « l’Etat et aux collectivités locales de prendre leurs responsabilités ».

Cliquez sur ce lien pour accéder au reportage sur les glaneurs.

mardi 26 mai 2015

Tété: "Mon trésor"

Voici la vidéo de la chanson de Tété "Mon trésor":



Activités:

Activité 1 :

À l’aide des adjectifs ci-dessous, retrouvez l’ordre des sentiments exprimés par le personnage principal dans le clip. Attention, certains adjectifs peuvent être utilisés plusieurs fois.

a) Heureux b) Triste c) Énervé


Activité 2 :

Cochez les actions du chanteur dans le clip.

Il pense.
Il se pique avec un cactus.
Il fait du cheval.
Il écrit.
Il fait le ménage dans sa maison.
Il range des cadeaux.
Il peint.
Il dessine sur son bloc.
Il écoute de la musique.
Il joue avec un chien. 
Il casse sa guitare. 
Il danse
Il achète des fleurs. 
Il jette les cadeaux à la mer


Activité 3 :

Reliez les mots de la chanson et du clip à leur définition.

Un cactus •              • Une tour, une terrasse en hauteur
Une guitare •           • Une masse d’eau en suspension dans le ciel
Un bouquet •           • Un accessoire qui nous permet de mieux voir
Un belvédère •         • Un tas de choses précieuses
Un bloc •                  • Une plante grasse et épineuse
Un nuage •              • Un instrument de musique
Des lunettes •         • Des fleurs réunies
Un trésor •              • Un carnet de notes

Un cheval •             • Un animal

Pour plus d'informations sur ce magnifique artiste qu'est Tété, cliquez ICI  avec enthousiasme.

lundi 18 mai 2015

INPES

Voici quelques vidéos de l'INPES (Insititut National de Prévention et d'Education pour la Santé) étudiés en classe.

Vidéo nº1: le tabac



Vidéo nº2: l'alcool



Vidéo nº3: le cannabis



Vidéo nº4: bouger 30 minutes par jour

mercredi 13 mai 2015

Le Festival de Cannes

C'est parti cette année pour la 68ème édition du Festival de Cannes.


-          Combien de films seront en compétition lors du festival?
-          Combien y’a-t-il de films français en compétition?
-          Combien y’a-t-il de films italiens en compétition?
-          Quelle est la particularité du film “La tête haute” d’Emmanuelle Bercot?
-          A qui/quoi le film “Marguerite et Julien” rend-il hommage?
-          Quel est le thème du  film “La jeunesse”?
-          Comment la journaliste qualifie-t-elle la sélection de films en compétition?

Qui est qui? Associez les personnes à leur situation.

Jacques Audiard
Réalisatrice en compétition pour la première fois.
Valérie Donzelli
Présidents du festival en 2015
Nanni Moretti
Actrice et réalisatrice pour cette edition du Festival
Les frères Coen
Réalisateur en compétition
Emmanuelle Bercot
Réalisateur qui a déjà gagné la Palme d’Or

mercredi 6 mai 2015

Les espaces partagés

Voici l'article de 20 Minutes étudié en classe sur le thème du logement.

Du partage à tous les étages


TENDANCE - De nouveaux immeubles développent les espaces partagés pour mieux vivre ensemble.

Bien heureux sont les résidents du Machu Picchu! Non, pas ceux de l’ancienne cité inca mais les habitants d’une résidence à espaces partagés, située à Fives. Dans ce quartier populaire de Lille, l’architecte Sophie Delhay a réalisé, pour le bailleur social SIA Habitat, 53 logements collectifs agrémentés de parties communes en faveur de nouvelles formes de voisinage. 

Buanderie collective, terrasse commune, jardin accessible à tous… Autant d’espaces collectifs qui donnent une autre dimension à ces résidences d’un nouveau genre. Avec des prix similaires à ceux du marché conventionnel, les immeubles riches en espaces partagés essaiment un peu partout en France. «Chaque étage a un espace partagé de 50m2, qui peut se transformer en marché, braderie, bal, mais aussi devenir un lieu d’accueil pour des manifestations culturelles», explique l’architecte Sophie Delhay.
Pour elle, repenser l’habitat s’impose: «Grâce au système de coursives, l’immeuble est propice aux rencontres. Il faut aller plus loin que la simple cohabitation.»
Les promoteurs immobiliers semblent avoir emboîté le pas à un mouvement sociétal qui prône des valeurs dans l’air du temps comme le partage, le mieux vivre ensemble et la préservation de l’environnement.
«En répondant aux nouvelles attentes, où les besoins sont mutualisés, les promoteurs doivent dépasser leur rôle classique en proposant des services supplémentaires », note Paul Jarquin, président de REI, société de promotion immobilière, basée à Montreuil. Et d’ajouter : «On aimerait développer l’autopartage avec des parkings électriques et le covoiturage.»
De son côté, la résidence Unik, sur l’île de Nantes, s’inscrit dans une démarche de mixité urbaine en mêlant commerces, bureaux et logements. Le stationnement, par exemple, est mutualisé avec un paiement au forfait.
La noblesse de ces initiatives ne doit pas faire oublier les enjeux autour des coûts d’entretien et de gestion. Si la mutualisation du parking peut se faire par abonnement, en sera-t-il de même de l’ensemble des services offerts par ces «petits villages dans la ville»?

Certains promoteurs soulignent que les charges seront réparties et diluées pour l’ensemble des copropriétaires. D’autres promoteurs, restés propriétaires, assurent que les coûts leur reviendront. Pour l’heure, les formules se cherchent.